Démarche artistique

Le moteur de ma création est double : mon désir est d’exprimer, de donner à voir autrement la nature et les éléments, et de développer des processus de création particuliers pour y parvenir.

 

Né dans un environnement où la nature est omniprésente, je me suis fortement imprégné des sensations, des sentiments, des images que peuvent générer les paysages sauvages et leur variation selon les éléments. Dans mon travail, il m’importe de saisir et de soutenir le langage caché, secret, la vibration ou l’énergie particulière qu’émettent un lieu à un moment donné. D’en retranscrire les dimensions élevées, divines peut-être. Ainsi les aspects mystiques et spirituels que peuvent dégager une œuvre me touchent et m’appellent.

 

Après une période de « recherche » s’étalant de 2010 à 2014 environ, durant laquelle mon travail tire beaucoup sur l’abstraction, j'investis peu à peu les territoires de la semi-abstraction, de la semi-figuration et de la figuration. C'est curieusement un chemin quelque peu inverse à bon nombre d'artistes, que j’explique par mon besoin de soutenir mieux l'invisible par le visible/le réel.

 

En 2018, je mets également au point un processus nouveau, inspiré du monotype ; la peinture ne se fait plus directement sur la toile, mais sur un support spécial, ensuite transposé sur la toile ; de nouveaux outils me permettent d’obtenir des rendus très organiques, apportant une forme de transcendance et irréalité au paysage, reconnaissable mais parfaitement inconcevable.

 

En 2019, un troisième processus, consistant en une double transposition, de support rigide à support souple, puis à la toile, me permet d’obtenir une dimension visuelle et énergétique encore autres; des effets d’étrangeté, aériens, fragmentés font leur apparition, donnant une lumière et une force très spéciales aux images ainsi exprimées. Dans le même temps, je me forme à la peinture figurative à l'huile avec un maître chilien résidant en Suisse.

 

Je considère que la variété de mon champ de représentation, par l'exploration de processus de création bien distincts les uns des autres, m’est à la fois stimulant, nourrissant et nécessaire à mon évolution artistique.

Fabien Ballif, mai 2019

 

 

Lorsque je débute ma recherche picturale en 2010, je sais que j’ai envie et besoin d’exprimer quelque chose par rapport au monde, aux êtres, à la terre. Inspiré par Gerhard Richter et la peinture abstraite/semi-abstraite, je développe une technique similaire, associant travail aux pinceaux, grattoirs et plaques de plastiques souples. Cependant, le propos et le sens de ma création sont un peu flous ; disparate dans ma production, ce n’est qu’en 2014 que je commence à travailler de manière plus approfondie, par séries et thématiques. En fil rouge apparaissent les trames suivantes :

 

La Nature – la Terre – les Eléments - Le Mystère de la création - le Céleste

 

N’ayant pas suivi de cursus officiel, mes préoccupations de peintre différent peut-être d’une certaine norme; ainsi je suis très sensible au sentiment d’intemporalité qu’une œuvre peut dégager, à l’impression qu’une force invisible ou supérieure la soutient ou qu’une énergie particulière l’anime. Les dimensions mystérieuses et mystiques dans l’art me touchent. Mon travail tente d’exprimer une  dimension supérieure, divine pourrais-je dire. Lorsqu’en fin de processus, je suis saisi de surprise, de joie ou d’émotion face à la toile, je le perçois comme un signal « d’en-haut », m’invitant à m’arrêter. Si je n’éprouve aucun de ces sentiments, c’est pour moi une indication que l’œuvre n’est pas achevée et ne tiendra pas dans le temps.

 

Ma sensibilité artistique, mon chemin intérieur, mes envies de renouveau et de progression m’ont conduits à développer deux nouveaux processus de création, l’un en 2017 et l’autre en 2018; le premier consiste à accorder davantage de place au pinceau, à jouer sur les effets de dilutions et transparences ; la figuration est plus présente; une sorte de transcendance du réel est recherchée. Le second processus s’inspire de la technique du monotype; j’ai mis au point un chemin qui requiert de nombreux outils et étapes ; le résultat s’approche de l’abstraction paysagée ; je cherche à capter le langage secret de la nature et des éléments, le caché, l’énergie et la vibration qui les animent.

 

L’élargissement de mon champ de représentation, par la pratique de plusieurs « genres », m’est à la fois stimulant, nourrissant et nécessaire à mon évolution artistique.

 

Fabien Ballif, 01.04.2019